Comment répartir votre épargne dans ce monde incertain ?


Au vu de la situation et des perspectives, notamment d’inflation, la clef de la protection de votre patrimoine sur le long terme est l’investissement dans des actifs productifs :

Dans des immeubles à vocation d’hébergement, soit pour vous-même, soit pour des tiers dans le cadre d’investissements locatifs. En cas de hausse de l’inflation, les loyers que vous pourrez espérer percevoir devraient aussi être revus à la hausse.
Attention toutefois, les taux d’intérêts qui ont beaucoup baissé ont permis aux acquéreurs de s’endetter plus avec les mêmes revenus. Une éventuelle hausse des taux d’intérêts risquerait de déclencher un mouvement important de baisse des prix sur le marché immobilier.

Pour ces investissements en immobilier, les supports pourront être :

  • De l’immobilier détenu en direct (vos résidences)
  • Des fonds d’investissement dans l’immobilier, type SCPI ou OPCI, permettant d’investir dans de multiples biens, sélectionnés et gérés par des professionnels, réduisant ainsi vos risques et votre investissement personnel dans la gestion au quotidien de biens immobiliers.

Dans des entreprises qui fournissent les produits et services que nous utilisons au quotidien. Car si le prix de ces produits et services augmente, les résultats des entreprises devraient augmenter en conséquence, d’où une valorisation de la valeur de vos parts ou actions.

Cependant, il faut faire attention au prix auquel vous acquerrez ces parts. Si l’on regarde les entreprises américaines de technologies, vous pouvez espérer un rendement de l’ordre de 3-4%, trop faible pour envisager le long terme, sauf à anticiper une croissance importante des profits de ces entreprises. Si l’on regarde les entreprises européennes ayant des activités plus classiques, le rendement des actions avant la Covid était de l’ordre de 5 à 6%, tout à fait raisonnable pour un investissement de long terme.
L’inconvénient des actions cotées est la forte volatilité de leur prix, qui peut varier de 20% à la hausse comme à la baisse assez rapidement. C’est pour cela qu’il est important de diversifier vos investissements.

Les supports pour ces investissements dans les entreprises pourront être :

  • Des actions ou parts sociales en direct, par exemple dans le cadre d’un PEA, pour des entreprises que vous connaissez bien, mais avec le risque de concentrer votre patrimoine sur quelques sociétés,
  • Des fonds d’investissement spécialisés dans les actions, dans le cadre de votre PEA ou de votre assurance-vie. Cela vous permet de vous en remettre à un gérant spécialiste qui sélectionnera les entreprises dans lesquelles investir, diversifiera ses positions et pilotera pour vous votre investissement.
  • Ou éventuellement des ETF, ou Exchange Traded Fund, fonds indiciels cotés, qui ont pour objectif de répliquer à la hausse comme à la baisse la performance d’un indice boursier, par exemple le CAC 40, dividendes réinvestis (avant prélèvement des frais de gestion). Cette solution vous permet de réaliser un investissement très diversifié et d’éviter les coûts liés à une gestion active.

o Dans des prêts à des Etats ou des entreprises, uniquement pour les fonds que vous souhaitez conserver liquides et relativement stables, au prix d’une probable érosion dans la durée du pouvoir d’achat que vous offre ces investissements (vous pourrez vous offrir de moins en moins de baguettes de pains avec l’épargne investie sur ces supports).

Les supports pour ces investissements en obligations pourront être :

  • Les fonds en euros des sociétés d’assurance, vous offrant une garantie en capital sur ces actifs,
  • Ou des fonds dédiés à des investissements peu volatils et peu risqués, en particulier lorsque vous investissez en dehors des contrats d’assurance-vie français.Attention, la performance de ces supports sera faible dans les années à venir, et il faut donc bien calibrer la part de votre patrimoine à y investir en fonction de vos besoins :
  • Réserve d’épargne en cas de coup dur,
  • Capital devant être utilisé pour vos projets d’ici cinq ans,
  • Provision pour quelques années pour ceux qui effectuent des rachats réguliers pour financer leurs besoins quotidiens.En synthèse, si votre épargne est encore investie en majorité ou en totalité sur un fonds en euros, il est temps de prendre contact avec nous pour effectuer un bilan de votre situation, de vos besoins, et de votre sensibilité aux variations de la valeur de votre épargne, afin que nous redéfinissions ensemble la stratégie d’investissement qui vous conviendra le mieux.